Comprendre la déficience mentale 

Qu'est ce que la déficience mentale ?

Il existe plusieurs définitions de la déficience mentale, dont celle de la Classification Internationale des Handicaps (C.I.H.), celle du Guide Barème et celle des Associations représentant les personnes handicapées mentales :

 Quelles différences avec la Maladie Mentale ?
 
Il y a très souvent confusion entre handicap mental et maladie mentale.

 Union Nationale des Amis et Famille de Malades Mentaux (UNAFAM) : "La personne malade mentale souffre de
 troubles d'origines diverses qui entachent son mode de comportement d'une façon momentanée ou durable, et inégalement
 grave
".

 UNAPEI : "La personne malade mentale est marquée par une perturbation de ses facultés mentales susceptible d'être
 guérie ou réduite au moyen d'une thérapie adaptée
".
 Sources :
 
- Handicap et maladie mentale/Romain Liberman - PUF, 1988 : "Approche historique et sociologique du handicap et de
 la maladie mentale.

 Quelles sont les origines de la déficience mentale ?

 La déficience mentale induit, comme compensation, une "aide à la décision" ou "aide à faire
 ses choix" ou "aide à la conduite de sa vie" qu'apporte un accompagnement ou soutien
 humain adapté. La prise en charge de cette compensation relève des obligations de la
société au titre de la solidarité.

D'un point de vue social, le handicap consiste dans la limitation du libre exercice des rôles sociaux individuels : exercer une profession et un rôle familial, se former, aller et venir, choisir son lieu de résidence..

Pour la personne concernée, la déficience mentale entraîne la nécessité de disposer d’un accompagnement et d’un soutien
 adaptés à ses besoins et à son degré de handicap. 

 Différents services sociaux, médicaux, éducatifs et scolaires sont conçus pour répondre aux besoins spécifiques de la
 personne handicapée mentale : prévention, diagnostic, intervention précoce, aide aux parents et aux familles, éducation,
 enseignement, formation professionnelle, hébergement, intégration sociale, loisirs, formation, économie, protection
 juridique, information du public.

 La zoothérapie est d'un très grand apport dans l'épanouissement et le développement de la personne handicapée
 mentale. Si cela vous intéresse n'hésitez pas à me consulter par courriel.

 Il est nécessaire de rappeler que, malgré le manque de place d’accueil et de soutien et certaines attitudes de rejet, la personne
 atteinte d’un handicap mental a les besoins, dispose des droits et accomplit les devoirs de toutes personnes. En plus, elle
 connaît un ou plusieurs handicaps (physiques et/ou sensoriels venant s’ajouter au handicap mental) qui la conduisent à avoir
 besoin d’une compensation qu’il appartient à la collectivité de lui garantir au titre de la solidarité nationale.

 Quelle est la représentation des personnes handicapées mentales ?

 L’Union Nationale des Associations de Parents et Amis de Personnes Handicapées Mentales (UNAPEI) est une
 fédération d’Associations locales (APEI), départementales (ADAPEI), régionales (URAPEI). Elle a été créée en
 1960.

 Les Associations qu’elle fédère accueillent, écoutent, apportent soutiens, solutions et conseils. Elles créent et gèrent près
 de 2700 établissements et services spécialisées dans l’accueil et l’accompagnement de 180 000 personnes handicapées
 mentales (enfants et adultes).

 L’UNAPEI a pour objectif de faire reconnaître la dignité des personnes handicapées mentales. Elle défend leurs intérêts
 et ceux de leurs familles.
 Afin d’atteindre ses objectifs, elle agit auprès du Gouvernement, des assemblées parlementaires, des administrations, des
 collectivités locales, des organismes sociaux, des institutions européennes et internationales.

 La Classification Internationale des Handicaps (déficiences, incapacités et désavantages) comporte trois
 classifications distinctes et indépendantes, chacune se référant à un niveau spécifique des conséquences des maladies :

 Le Guide Barème d'évaluation des déficiences et des incapacités des personnes handicapées est un
 document destiné aux Commissions Départementales de l'Éducation Spéciale (CDES) et aux Commissions  Techniques d'Orientation et de Reclassement Professionnel (COTOREP). Ces commissions l'utilisent pour évaluer les
 déficiences d'une personne handicapée, enfant ou adulte, et les conséquences et répercussions sur sa vie sociale et
 professionnelle, ainsi que sur son entourage. Il permet de déterminer le taux d'incapacité de la personne concernée pour une
 période donnée, à l'issue de laquelle ce taux sera réexaminé en tenant compte des évolutions possibles

 Visitez également le site de l'UNAPEI qui sera en mesure de vous transmettre toutes informations.

 Il existe aussi plusieurs autres organismes. Je vous invite à visiter leurs sites Internet à la page des liens.