Transalpes

"Rêves et Défis Jeunesse" 2001-2003.

Collègiens+handicapés Les deux facettes :

1/ Ma participation à la Trans Alpes Paul-Emile Victor, en 2001, avec 14 de mes chiens, reliée à une implication humanitaire et pédagogique.

2/ Objectif Groenland en hiver 2003, à la rencontre des Inuit du Groenland.
Une liaison satellite Internet via le site Intrenet donnera justement la possibilité à tout le monde, établissements scolaires, associations de personnes à déficiences intellectuelles, foyers, grand public, de suivre la préparation et le déroulement de cette traversée . Mais également d'y participer avec la possibilité de poser des questions. Je ferais en sorte d’y répondre dans le plus bref des délais.

Apporter du rêve, du bonheur aux handicapés. Les intégrer dans notre société. Mon but est donc de sensibiliser les jeunes sur le handicap mental. Pour cela, chaque élève gagnant a parrainé et a accompagné dans son voyage aux Contamines une jeune personne handicapée mentale qui est devenu elle aussi l'ambassadeur de son Association.

Pour Objectif-Groenland, le dossier pédagogique est confié à mon PC central de l'Expédition qui est en relation avec les Principals et Professeurs de chaque collège.

Lisez mes reportages étape par étape 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13

1/ Présentation de la Trans-Alpes

fb+ganac+inletDu 3 au 17 février 2001

La Trans-Alpes reprend l’itinéraire que P-E Victor a emprunté en 1938. Elle traverse 43 communes, 5 départements et 2 régions.

12'000 mètres de dénivelée positive et 15 cols à plus de 2500 mètres dont un franchissement à 3050 mètres au Pic du Thabord. Parrainée par les enfants de Paul-Emile Victor, elle est la référence du raid extrême.

Programme :

Samedi 3 février : Prologue de AURON (06)

Dimanche 4 février : Étape AURON – SAINT ÉTIENNE de TINÉE

Lundi 5 février : Liaison routière vers JAUSIERS (04)

Mardi 6 février : Étape de JAUSIERS, Massif de Restefond.

Mercredi 7 février : SAINT PAUL SUR UBAYE – SAINT VERAN

Jeudi 8 février : ARVIEUX – BRIANÇON (05)

Vendredi 9 février : VAL DES PRÉS – Les DRAYERS – VALMEINIER (bivouac)

Samedi 10 février : Nocturne de VALMEINIER (73)

Dimanche 11 février : VALMEINIER – VALFRÉJUS (73)

Lundi 12 février : ST. FRANÇOIS LONGCHAMP – Col de CHAUSSY (bivouac)

Mardi 13 février : Col de CHAUSSY – col de la MADELEINE – VALMOREL

Mercredi 14 février : Étape de NAVES (Beaufortain)

Jeudi 15 février : NAVES – ARÈCHES (73)

Vendredi 16 février : Les SAISIES – Les CONTAMINES (74)

Samedi 17 février : Les CONTAMINES (FINAL)

Pour un total de 530 kilomètres.

fb2/ Bref historique du Raid Transalpin de Paul-Emile Victor réalisé en 1938

Du 16 février au 10 mars 1938, l’explorateur polaire Paul-Emile Victor, et Michel Perez, un de ses compagnons d’expéditions, ainsi que le lieutenant Flottard, instructeur à l’École Militaire de Haute Montagne, effectuèrent, de Saint Etienne de Tinée à Chamonix, le premier raid transalpin en traîneau à chiens.

Lors de l’expédition Française Transgroenland 1936, Paul-Emile Victor et Michel Perez ont eu l’occasion d’utiliser la technique Inuit du traîneau à chiens. Ayant ramené du Groenland des chiens Eskimo, ils envisagent, une fois rentrée en France, d’exploiter cette technique à des fins militaires, sportives et de secourisme.

Ils contactent donc, fin 1937, le Ministère de la Défense Nationale et lui proposent, pour montrer que le traîneau à chiens peut-être utile à l’Armée des Alpes, d’effectuer un raid transalpin de démonstration sous le contrôle et avec l’aide de l’armée.

Cette proposition est acceptée. Le Lieutenant Flottard participera au raid comme observateur pour l’armée.

Réalisation

Le raid a lieu du 16 février au 10 mars 1938, entre Saint Étienne de Tinée et Chamonix, sur la Haute Route des Alpes. Le parcours, réalisé en douze journées de marche, auxquelles il faut rajouter les journées de démonstration, de ravitaillement et des journées de transferts routiers sur les parcours désenneigés, passe par douze cols, dont deux à plus de 3000 mètres, col de la Noire et le Passage du Pic Thabor.

Malgré la diversité des types de neige (fraîche, mouillée, profonde, dure et glacée) et le fort pourcentage de certaines pentes (certaines pentes en dévers de 35o par exemple), le raid se passe sans difficultés majeures. Le seul problème rencontré est celui du portage dans les zones désenneigées.

Bilan

panikLe traîneau du type Nansen, perfectionné par Paul-Emile Victor, et les chiens eskimo ont fait preuve lors de ce raid transalpin d’une très grande efficacité.

Extrait du rapport du Lieutenant Flottard :

« Malgré des conditions atmosphériques souvent défavorables, malgré l’enneigement parfois dangereux ou pénible, malgré les difficultés rencontrées en cours de route, les chiens ont effectué chaque jour des étapes de 6 à 14 heures. Ils ont franchi des cols atteignant une dénivellation de 1500 mètres en moyenne, parcourant des distances d’environ 20 km Leur résistance a été parfaite »

Pour l’armée ce raid est donc une réussite. Il a prouvé l’efficacité du traîneau à chiens comme moyen de ravitaillement, de secourisme et de transport, en particulier pour l’artillerie.

Ainsi, Paul-Emile Victor et Michel Perez, sont bien les pionniers de l’utilisation des chiens de traîneau dans les Alpes.